Consultations à domicile

ou au Pôle Santé La Motte

23 rue Paul Dubrule 

59810 Lesquin

mch.diet@gmail.com

Tél : 06 18 11 44 92

  • White Facebook Icon
  • White Instagram Icon

Diététicienne Lesquin, Diététicienne Lille, Diététicienne Métropole Lilloise, Diététicienne Nord, Diététicienne Hauts de France, dieteticien, Conseils diététiques, santé, Régimes, Perdre du poids, diététique, diététicien

  • Marie Caroline Haultcoeur

Un petit-déjeuner non-insulinémique : C'est quoi? Pourquoi? Pour qui?...

Mis à jour : mars 20


On entend parler de toutes sortes de régimes, de jeûnes, de répartitions alimentaires différentes...difficile de s'y retrouver! J'ai choisi aujourd'hui de vous décrire le fameux petit-déjeuner non-insulinémique (ou non-insulinique) dont nous entendons beaucoup parler ces derniers temps, idéal pour varier son alimentation et réguler sa glycémie (taux de sucre dans le sang) tout au long de la journée...


Dans nos cultures occidentales, nous avons l'habitude de manger des glucides le matin : pain, confiture, céréales (à index glycémique élevé), miel...Or après le jeûne de la nuit, notre organisme est très sensible à l'insuline le matin et, de fait, ces petits-déjeuners sucrés provoquent un pic insulinémique...


Je m'explique : l'insuline est une hormone sécrétée par notre pancréas pour réguler notre glycémie. Lorsque nous mangeons des glucides, l'insuline permet à ces sucres d'entrer dans nos cellules pour fournir l'énergie dont nous avons besoin. Mais s'il y a plus de glucides dans notre sang que ceux dont nous avons réellement besoin, ils sont stockés pour plus tard et/ou transformés en graisses. L'idée est donc de réguler notre glycémie tout au long de la journée et d'éviter les pics de glycémie pour limiter les pics insulinémiques et le stockage...Vous me suivez?


Bon alors pour limiter ce pic insulinémique le matin, quand notre organisme a faim et réagit vite à l'ingestion de glucides, pourquoi ne pas lui proposer plutôt:


- Des protéines comme des œufs par exemple et de préférence mollets car le blanc cuit et le jaune encore liquide sont plus faciles à digérer


- Une bonne poignée d'oléagineux pour leur richesses en acides gras insaturés (mais aussi pour leur apport en protéines)


- Et un fruit, qui, certes est sucré mais également riche en fibres ce qui ralentira l'absorption de ces derniers...


Par contre soyons clairs, pas d'amalgame : nous avons besoin de glucides, c'est notre source d'énergie majoritaire! Mais nous pouvons tout à fait les manger plus tard dans la journée pour éviter ce fameux pic, à midi ou en collation et même le soir en prenant soin de bien les choisir pour limiter ceux ayant un index glycémique élevé (je reviendrai également sur la charge glycémique qui est importante à prendre en compte).


Ce qui augmente l'index glycémique d'un aliment c'est :


- Le manque de fibres et le raffinage : préférer plutôt une farine complète ou semi-complète et limiter les produits à base de farine blanche, intégrer des légumes à chaque repas...


- La cuisson et le mûrissement : plus un aliment est cuit plus son index glycémique est élevé, préférer donc de cuire les pâtes de façon al dente, les fruits pas trop mûrs, intégrer des crudités et limiter les céréales extrudées (c'est à dire croustillantes pour faire simple, comme les pétales soufflées de grandes marques par exemple) qui ont été cuites à forte température pour avoir cet aspect là...


Ne me croyez pas sur parole mais faites le test en prenant un jour un petit-déjeuner sucré et le lendemain un petit-déjeuner protéiné puis pratiquez une activité physique le midi et comparez vos ressentis en terme d'énergie...A vos marques, prêts, partez!